Logo OfficeEasy

La couverture du signal mobile en France est planifiée

La couverture du territoire par les réseaux des opérateurs de téléphonie mobile est non seulement un enjeu commercial pour chaque opérateur, mais également une obligation fixée par l'ARCEP (Autorité de Régulation des Communications Électroniques et des Postes). La première de ces obligations est la publication d'une carte de couverture des réseaux mobiles pour chaque opérateur (Free mobile, Orange, Bouygues, SFR), qu'il s'agisse du réseau 2G, 3G ou 4G.

La fiabilité des données indiquées sur ces cartes de couverture du réseau est vérifiée au moins une fois par an par l'ARCEP, qui mène une campagne de mesures du signal mobile sur une partie représentative du territoire, différente chaque année. Ce protocole, qui représente environ 300 000 mesures de réception annuelles réalisées sur le terrain, à l'extérieur des bâtiments, entraîne les conclusions suivantes :

  • Une zone est considérée couverte en téléphonie mobile s'il est possible d'y passer un appel téléphonique et de le maintenir au moins une minute.
  • Une zone est considérée couverte en services d'accès à internet s'il est possible de télécharger un fichier de petite taille, variable selon la technologie de l'appareil utilisé.

L'installation de nouvelles antennes relais par les opérateurs de téléphonie mobile est donc le moyen d'améliorer la couverture du réseau, mais il reste toujours des zones "blanches", pour lesquelles la qualité du signal est insuffisante pour satisfaire les utilisateurs, et des zones "mortes" où le réseau pourtant stable et puissant est dégradé par la topographie ou les matériaux de construction des bâtiments.

La solution pour un particulier à son domicile ou un professionnel dans les locaux de son entreprise est l'installation d'un répéteur, ou amplificateur réseau. Cet appareil utilise les principes de l'amplification du signal mobile, en captant le signal faible grâce à son antenne extérieure, puis l'amplificateur génère une copie plus puissante de ce signal et le retransmet aux téléphones mobiles via son antenne intérieure. Il faut savoir que les opérateurs n'utilisent pas tous les mêmes bandes de fréquences selon les endroits et selon qu'il s'agisse du réseau 3G ou 4G, et il faudra donc se renseigner afin de choisir le bon modèle d'amplificateur.

Les objectifs fixés par l'ARCEP pour la couverture du réseau 4G

Le taux de couverture de la population par le réseau 4G a été imposé aux opérateurs en 2011, en fixant des seuils de couverture jusqu'en 2030. C'est ainsi que 60 % de la population devra être couverte en signal 4G en 2019, puis 75 % fin 2023 et 98 % à la fin de l'année 2024.

Ces objectifs de couverture étant fixés en terme de population, et non de territoire, les opérateurs concentrent leurs antennes relais dans les grosses agglomérations à la population très dense, et les zones rurales et isolées passent de fait au second plan. Les clients de ces zones délaissées n'auront surement pas la patience d'attendre 2030 pour bénéficier d'un réseau 4G suffisant pour répondre à leurs attentes et aux promesses de leur forfait téléphone et internet mobile. La solution de l'amplificateur réseau 4G semble donc avoir encore de beaux jours devant elle pour lutter contre la mauvaise réception du signal.