Les répéteurs GSM pour améliorer le signal mobile

En France, malgré une couverture réseau assez étendue, certains territoires restent relativement isolés et ne disposent pas des dernières générations de télécommunications. D'autres sont couverts, mais avec un signal trop faible pour obtenir des communications de qualité et une transmission rapide des données. Pourtant, de nos jours, les smartphones sont devenus indispensables pour une grande majorité de la population et ne pas bénéficier d'un réseau de qualité peut être inconfortable, voire handicapant.

Ainsi, pour booster l'émission et la réception d'un signal, plusieurs solutions sont envisageables. Certains opteront pour un changement d'opérateur, qui dispose d'antennes-relais à proximité du lieu de vie ou de travail. D'autres choisiront d'ajouter un amplificateur GSM pour une meilleure utilisation de leur téléphone mobile.

Le réseau mobile en France

La norme GSM et les réseaux de dernières générations

Le réseau GSM a fait son apparition en France au début des années 90, et a permis de communiquer par appels et SMS via un téléphone mobile. Ce standard fonctionne sur des fréquences de 900 MHz et 1800 MHz en Europe et dispose d'un débit maximal de 9,6 kbit/s. Cela ne permet pas d'utiliser Internet sur son smartphone, ou seulement pour des volumes de Data très faibles. C'est pourquoi les systèmes GPRS et EDGE ont vu le jour afin d'autoriser un débit théorique allant jusqu'à 171 kbit/s puis 384 kbit/s.

En 2000, avec l'amélioration des technologies ainsi que le besoin croissant de mobilité et d'utilisation d'Internet, on a vu la 3G apparaître. Elle fonctionne sur un autre standard que le GSM, que l'on appelle UMTS. Il utilise une plus grande largeur de fréquences, assurant ainsi un meilleur débit (jusqu'à 1,9 Mb/s) et ainsi plus de rapidité et la possibilité d'utiliser bien d'autres fonctions sur les smartphones. C'est notamment grâce à cette technologie que l'on a assisté à l'essor des applications mobiles et des transferts de données multimédia. La 3G fonctionne majoritairement sur une bande de fréquences de 2100 MHz, mais peut aussi utiliser celle des 900 MHz dans certains endroits afin de permettre une meilleure couverture.

À la suite de cette 3e génération, on a vu apparaître la 3G+, puis la 4G. Elle utilise la bande de fréquences la plus performante (800 MHz), mais peut aussi passer par la bande 2600 MHz. Son atout majeur, c'est bien évidemment son débit, qui dépasse tout ce que l'on aurait pu imaginé jusque-là, car il peut atteindre jusqu'à 150 Mb/s. Néanmoins, toutes les zones ne sont pas encore couvertes et certains mobiles ne sont pas compatibles avec une telle technologie. Alors même que l'on évoque la 5G, il reste encore beaucoup à faire pour déployer un réseau 4G efficace.

Les services de télécommunications

En France, 4 grands noms de la téléphonie mobile se partagent le marché. Les deux fournisseurs historiques, Orange et SFR, ont fait leur entrée dans le secteur au moment où le GSM a été développé. Depuis, ils ont tous les deux réussi à implanter un réseau 2G de qualité, qui couvre l'ensemble du territoire. Ils sont également les plus performants sur les réseaux troisième et quatrième générations, aussi bien en termes de débit que de couverture.

Toutefois, ils doivent composer avec un autre prestataire de téléphonie, qui est entré sur le marché en 1996 : Bouygues Telecom. Ce dernier a su rapidement se faire une place, même s'il reste aujourd'hui un peu moins performant que ses 2 grands concurrents avec une moins bonne couverture en 3G et 4G. Son débit moyen est pour autant de bonne qualité et est similaire à celui de SFR.

Il y a quelques années, Free Mobile a rejoint les 3 opérateurs, en utilisant en partie le réseau d'Orange. Malgré des résultats moins bons sur tous les aspects (débit, couverture, pourcentage de réussite pour les appels et les messages, etc.), ce fournisseur a gagné des parts de marché grâce à une politique tarifaire plus intéressante.

On se retrouve donc aujourd'hui avec des services de télécommunications qui proposent tous le même type de service (appels, SMS et Internet mobile), mais qui n'investissent pas tous dans les mêmes domaines. Par exemple, alors que SFR se concentre sur la couverture des territoires ruraux, Bouygues communique grandement sur son réseau 4G. Ces différentes stratégies ont pour résultat des divergences à propos des performances de chaque opérateur et de leur répartition sur le territoire français.

Les divers modèles d'amplificateurs GSM et leur composition

Les composants d'un amplificateur GSM

Pour booster le signal mobile, un répéteur est composé de plusieurs produits, qui reçoivent et retransmettent les ondes vers votre téléphone.

L'antenne extérieure est le composant qui capte les signaux émis par les antennes-relais. Elle est généralement fixée sur le toit, car c'est le point le plus haut de l'habitation, qui est donc le moins gêné par les éventuels obstacles qui pourraient bloquer le signal. On trouve également des accessoires pour une fixation murale, si vous n'avez pas la possibilité de placer l'antenne sur votre toit. Il existe deux types d'antennes extérieures :

  • Omnidirectionnelles, qui reçoivent le signal à 360 °, aux dépens de la distance à laquelle elles peuvent capter les ondes.
  • Unidirectionnelles, qui doivent être dirigées vers l'antenne-relais de l'opérateur concerné.

Ce composant doit être relié au boîtier d'amplification GSM, placé à l'intérieur du domicile ou des bureaux. Ce dernier va retransmettre le signal vers l'antenne intérieure. Elle-même va ensuite vous permettre d'améliorer la transmission de Data sur votre smartphone. Il est conseillé de la mettre dans la pièce où vous utilisez le plus souvent votre mobile, car des murs épais peuvent bloquer l'émission de ses ondes.

Ces 3 composants sont reliés par des câbles, plus ou moins longs en fonction du modèle de l'amplificateur GSM. Attention à bien respecter les distances minimales et maximales prescrites entre les antennes et le répéteur, pour éviter les retours qui empêcheraient un fonctionnement optimal du système.

Répéteurs bi-bandes et tri-bandes

Pour choisir le booster qui correspond à vos besoins, il faut prendre en compte plusieurs critères comme la surface couverte, la puissance d'amplification, mais aussi les fréquences des opérateurs.

En Europe, ce sont les amplificateurs bi-bandes et tri-bandes qui sont les plus utilisés. Mais de quoi s'agit-il ? Les amplificateurs bi-bandes, comme leur nom l'indique, permettent à l'antenne extérieure de capter 2 largeurs de fréquence. En général, ils fonctionnent pour le réseau GSM et la 3G. Quant au répéteur tri-bande, il est capable de capter 3 bandes de fréquence, et ainsi de couvrir l'ensemble des réseaux pour améliorer l'utilisation globale de votre mobile (appels, SMS, 3G et 4G).

Mais en réalité, pour trouver le type d'amplificateur qui correspond à votre situation, il faut aussi s'intéresser plus précisément aux fréquences utilisées par votre opérateur. En effet, il existe des disparités puisque certains fournisseurs mobiles ne diffusent pas sur les mêmes bandes pour un même réseau. Dans le cas où vous souhaitez augmenter le signal pour plusieurs opérateurs, les répéteurs bi-bandes et tri-bandes sont particulièrement utiles, puisque qu'un amplificateur mono-bande ne pourra techniquement pas recevoir les ondes de tous les fournisseurs.

Remédier aux défaillances du signal mobile

Les raisons qui expliquent que votre téléphone capte mal

De nombreux problèmes peuvent expliquer que vous ne receviez pas correctement un signal mobile. Il peut d'abord s'agir tout simplement d'un souci de couverture réseau. En effet, il est possible que votre fournisseur mobile n'ait pas d'antenne-relais à proximité de votre habitation ou qu'il dispose uniquement d'un réseau 2G ou 3G bien déployé, mais d'un service 4G encore peu étendu. Et même si votre territoire est considéré comme couvert, cela ne signifie pas que le débit soit suffisamment important pour permettre des appels et des téléchargements de qualité.

La bonne réception du signal peut aussi être compromise par des obstacles entre l'antenne de l'opérateur et le lieu où vous vous trouvez. Par exemple, des montagnes ou des matériaux très isolants empêchent les ondes de passer correctement.

Dans certains cas, on fait également face à des coupures ou à des ralentissements de débit, mais de manière ponctuelle. Cela est dû à une saturation du réseau. Plus il y a de personnes reliées à une antenne-relais dans un même endroit, plus la réception risque d'être mauvaise.

Enfin, il est possible que le problème vienne de votre téléphone. Soit il n'est pas adapté aux réseaux de dernière génération, soit un de ses composants est défaillant (la carte SIM par exemple). Il arrive aussi parfois que les paramètres de connexion du smartphone soient mal configurés et empêchent la réception d'un bon signal mobile.

Améliorer la qualité de ses communications

Dans certains cas, quelques astuces suffisent à booster un signal : désactiver la 3G pour passer sur le réseau 2G qui est plus étendu, télécharger une application qui vous indique les zones de votre maison où le signal est le plus fort, utiliser des accessoires comme une coque de téléphone munie d'une antenne, etc.

Parfois, il faut opter pour des solutions un peu plus radicales comme l'achat d'un téléphone plus récent ou l'abonnement à un autre opérateur mobile. Mais lorsque l'on souhaite conserver son forfait ou qu'aucune entreprise de télécommunications n'a d'antenne-relais à proximité, comment fait-on ?

Il y a d'abord la solution de l'amplificateur GSM, qui comme on le devine, a pour principe d'augmenter la puissance du signal mobile. À noter qu'il ne peut être utilisé que lorsqu'un signal est présent. Autrement dit, si votre zone n'est absolument pas couverte, ce dispositif ne sera d'aucune utilité.

Là où le signal mobile est totalement absent ou trop faible pour être amplifié, le Femtocell est l'option recommandée. Il s'agit d'un boîtier proposé par votre fournisseur et qui utilise la connexion internet d'une box ou d'un modem pour permettre une totale autonomie en 3G sur smartphone. Ce système est séduisant, mais est tout de même soumis à des conditions : il a une portée qui ne dépasse pas 25 mètres, ne fonctionne qu'à une adresse précise et pour un nombre défini d'utilisateurs.