GUIDE D'ACHAT : comment choisir son casque antibruit ?

GUIDE D'ACHAT : comment choisir son casque antibruit ?

 

Les dangers du bruit

 

Le bruit se caractérise par son volume sonore (décibels) et sa fréquence (exprimée en Hertz, elle peut être grave ou aiguë). Si le danger est bien réel lorsque ces deux paramètres sont trop élevés, il dépend également du type de bruit, de la sensibilité personnelle, de la durée d’exposition et de la distance par rapport à la source.

Chacun sait qu’une exposition prolongée au bruit entraîne une diminution de l’acuité auditive. A partir de 150-160 dB, une déchirure du tympan ou une détérioration progressive de l’ouïe peuvent causer une perte auditive irréversible

Avez-vous besoin d’une protection auditive sur votre lieu de travail ? Le casque anti bruit protège les oreilles des nuisances sonores causées par certaines machines ou environnements bruyants. A titre indicatif, le niveau sonore d’une scie circulaire ou d’une tronçonneuse varie de 80 à 120 dB. Une protection adaptée devra donc obligatoirement être proposée par votre employeur pour un usage intermittent et/ou permanent de 80 à 150 dB. Les loisirs sont également concernés : la chasse ou le tir, par exemple, peuvent causer d’importants dégâts au niveau de l’ouïe (sans protection adéquate, un coup de fusil envoie pas moins de 160 dB à proximité de l’oreille !). Découvrez le TOP 5 des casques antibruits pour la Chasse

 

 

  

Il existe différents types de casque antibruit :

 

  1. 1. Les casques passifs qui atténuent tous les bruits extérieurs sans modulation sonore, ils offrent généralement une atténuation de 20 à 37 décibels. Le Peltor X5 fait partie des modèles les plus performants. 
 
  1. 2. Les casques antibruit actifs avec modulation sonore. Ces versions embarquent un dispositif électronique fonctionnant avec des piles : le micro intégré enregistre les sons avant de les traiter, puis les transmet par le haut-parleur. De cette manière, le dispositif amplifie les sons faibles comme la voix tout en atténuant les plus élevés afin de vous permettre de converser avec votre entourage ou de rester attentif aux sons de votre environnement (alertes, annonces vocales, téléphone…). sans devoir ôter l’équipement. 

 

  1. 3. Les versions non communicantes sont recommandées aux travailleurs isolés ne devant pas émettre ou être à l’écoute d’alertes vocales : il est en effet impossible d’y raccorder un périphérique permettant une communication. Parmi ces types de casque, citons le Peltor Alert.
 
  1. 4. Comme son nom l’indique, un casque communicant vous permet de rester en contact avec vos équipes. Vous pouvez donc y connecter un talkie-walkie ou un téléphone pour répondre aux appels tout en restant protégé des nuisances sonores. Certaines versions, comme le Peltor LiteCom Plus, intègrent même un système de radiocommunication. 
 
  1. 5. Et enfin, le casque radio antibruit qui atténue les sons extérieurs tout en diffusant de la musique ou la radio. Cette option est particulièrement intéressante pour améliorer la motivation des professionnels effectuant des tâches rébarbatives. Attention cependant à ne pas le confondre avec un simple casque audio qui n’apporte bien évidemment pas la même protection face aux bruits extérieurs. 

 

Casque radio antibruit Peltor WorkTunes Pro FM Radio 

 

Avant de faire votre choix, il est important de prendre en compte les aspects suivants :

 

  • - Il faut tout d’abord établir vos besoins : durée d’exposition, type de bruit, fréquence, environnement, type de port et budget. En cas de port prolongé, vous choisirez naturellement des coquilles équipées de coussins en gel pour plus de confort, et d’un bandeau interne ventilé pour éviter tout échauffement.

 

  • - Vous devez également déterminer le niveau sonore de l’environnement dans lequel vous utiliserez cet équipement. Pour cela, fiez-vous à l’indice global d’affaiblissement ou SNR (Single Number Rating), précisé par le fabricant. En soustrayant le SNR au niveau de bruit ambiant exprimé en décibels, vous obtenez le bruit réel perçu par l’utilisateur, ce qui vous informe du niveau de protection du casque. Le choix de la protection sera plus précis encore si le SNR est suivi des trois taux d’affaiblissement suivants : H (pour les hautes fréquences), M (fréquences moyennes) et L (basses fréquences). Bon à savoir : lors de travaux particulièrement bruyants (à partir de 120 dB), une double protection – bouchons et serre-tête - peut s’avérer nécessaire.

 

  • - Ensuite, vous faut-il un casque actif ou passif ? Les modèles actifs sont recommandés lorsque vous devez rester à l’écoute de votre environnement sans avoir à retirer votre protection (traque de gibier, lieu de travail bruyant où sont diffusées des instructions ou des alertes…) car ils accentuent les bruits ambiants tout en filtrant les sons nocifs et supérieurs à 100 dB. A l’inverse, les casques passifs vous isolent complétement en atténuant tous les bruits et sont donc indiqués pour le tir statique en stand, par exemple.

  

  • - Pour une utilisation en atmosphère explosible et dangereuse (industrie pharmaceutique, gaz, pétrole…), il existe des casques antibruit certifiés ATEX, du nom de la directive 94/9/CE stipulant que les systèmes de protection destinés à être utilisés dans ces zones ne doivent en aucun cas mettre en danger la sécurité et la santé des individus.

 

  • - Quel type de port vous convient le mieux ? Il existe notamment des modèles serre-tête ajustables dont certains sont rembourrés pour un confort optimal, mais aussi des coquilles à fixer ou déjà montées sur un casque de chantier. Les écouteurs peuvent aussi être reliés par un arceau que vous placerez derrière la nuque, vous permettant de porter un chapeau, un casque ou un bonnet en plus de ce dispositif. Certains modèles sont très légers et permettent une utilisation sur de longues périodes sans sensation d’échauffement. Des bouchons d’oreilles sont également disponibles, ils s’introduisent directement dans le conduit auditif ou dans la cavité de l’oreille. Les coquilles apportent un confort indéniable par rapport aux bouchons dont l’usage est plutôt contraignant (s’ils ne sont pas sur-mesure, il faut les façonner avec des mains propres, et les versions réutilisables doivent être nettoyées et désinfectées régulièrement).

 

Version serre-nuque, le MSA Supreme Pro X Neckband

 

  • - Analysez toutes les options disponibles : souhaitez-vous écouter la radio tout en travaillant ? Cette fonctionnalité peut s’avérer utile pour optimiser la productivité des utilisateurs professionnels. Avez-vous besoin de la technologie Bluetooth ? Celle-ci permet notamment de connecter d’autres appareils sans fil à votre casque. L’esthétique ou l’ergonomie du matériel font-ils partie de vos critères de sélection ? Par exemple, les tireurs opteront pour des coquilles fines afin de ne pas être gênés au moment de la visée. Il existe également des modèles avec arceau pliable pour un encombrement minime et un transport aisé. Désirez-vous profiter de la radiocommunication ? Vous trouverez des modèles intégrant une fonction talkie-walkie, comme le Peltor LiteCom PMR 446. Votre casque doit-il bénéficier d’un indice d’étanchéité ou de résistance aux chocs ? Certains équipements sont spécialement conçus pour une utilisation dans des milieux extrêmes. Sachez aussi que des casques de protection auditive développés pour les enfants sont disponibles, ils sont particulièrement indiqués pour une utilisation lors de concerts, par exemple.

 

  • - Et enfin, la question du budget. Le prix d’un casque antibruit varie de 30 à plus de 200 euros en fonction des options, de la qualité des matériaux et de la technologie utilisée. 

  

Bruit au travail : ce que dit la loi

 

Les trois principaux risques pour la santé au travail comprennent les nuisances sonores. Depuis 2016, ces dernières sont également considérées comme des dangers aux conséquences irréversibles officiellement reconnues par la réglementation afférente aux EPI (équipements de protection individuelle).           

 

protection auditive

 

La Directive européenne 2003/10/CE concernant la protection des travailleurs contre les risques dus à l'exposition au bruit pendant le travail précise que le port d’une protection auditive est obligatoire dès que le niveau acoustique de l’environnement dépasse les 85 décibels. L’employeur est donc obligé d’informer ses salariés et de les équiper en protections auditives et EPI.

  

NIVEAUX D’EXPOSITION

 

Bruit constant

 

Bruit de crête

 

1. L’employeur doit mettre des protections auditives individuelles à la disposition des employés et prodiguer des formations sur les risques liés au bruit.

 

  flèche

80 dB (A)

 

135 dB (C)

 

2. L’employeur est tenu d’imposer le port d’une protection auditive individuelle à ses employés.

 

 flèche

85 dB (A)

 

137 dB (C)

 

3. Valeur limite d’exposition à l’oreille (en tenant compte de l’atténuation apportée par les protections).

 

 flèche

87 dB (A)

 

140 dB (C)

 

4. Les personnes exposées à partir de 80 dB (A) peuvent bénéficier d’un examen audiométrique préventif. 

 

 flèche

85 dB (A)

 

137 dB (C)

 

 

Le casque antibruit est considéré comme un EPI au titre de « dispositif ou moyen destiné à être porté ou tenu par une personne en vue de la protéger contre un ou plusieurs risques susceptible(s) de menacer sa sécurité ou sa santé, principalement au travail » (Code du Travail, article R.233-83-3).

 

  

OfficeEasy, partenaire certifié des plus grandes marques de casque 
 
 
OE Peltor


Besoin de conseils ? N’hésitez pas à appeler nos Experts au 0801 23 05 05

Besoin d’un devis ? Faites votre demande ici

 

 

 

 

 

 

 © OfficeEasy février 2017